Préparer sa retraite avec les SCPI

Souvent attendu avec impatience, le départ à la retraite n’en demeure pas moins anxiogène. En effet, c’est le début d’une vie nouvelle d’une durée moyenne de 18 ans pour les hommes et 23 ans pour les femmes. Il est donc primordial de ne pas arriver à ce moment sans y avoir réfléchi préalablement. Ainsi, préparer sa retraite c’est avant tout s’assurer des revenus suffisants pour conserver son train de vie.

 

L’appréciation surévaluée du niveau des retraites, avec un taux de remplacement proche de 50 %, conjuguée à la dégradation du régime de répartition qui fragilise le niveau futur des pensions, contribuent à ce que la préparation de la retraite soit un problème. Aujourd’hui, un cadre moyen de 55 ans, dont la rémunération nette mensuelle est de 3 000 €, obtiendra une pension d’environ 1 500 € (53%).

 

Aussi, la mise en œuvre de solutions complémentaires parait inéluctable pour sécuriser son niveau de vie, plutôt que de subir la dégradation constante des régimes légaux de retraite. Parmi toutes les solutions patrimoniales envisageables, l’épargne individuelle et l’immobilier restent les deux moteurs du financement de la retraite. Parmi les solutions immobilières, une est à examiner avec soin, les parts de SCPI.

 

Les parts de SCPI ont pour vocation de distribuer des revenus réguliers, stables et de bon niveau. Des caractéristiques qui répondent donc particulièrement bien aux objectifs d’un futur retraité. Mais on peut également évoquer :

 

  • La simplicité : pas de formalités et une gestion déléguée,
  • La sécurité : revenus réguliers, diversité géographique et sectorielle et risque locatif mutualisé,
  • La rentabilité : rendement annuel moyen supérieur à 5% en 2014,
  • La transparence : transparentes fiscalement (comme les SCI familiales à l’IR),
  • La sérénité : gestion déléguée à la société de gestion,
  • L’encadrement : agrément de l’AMF induisant des obligations d‘information,
  • L’accessibilité : faible valeur unitaire et financement possible,
  • La divisibilité : de par leur faible valeur unitaire sont facilement divisibles, et transmissibles.

 

En souscrivant des parts de SCPI, l’épargnant devient un associé de celle-ci, ce qui lui permet de percevoir des revenus réguliers, provenant de la location d’actifs du milieu tertiaire.

 

Dans le cas d’un besoin de complément de revenu immédiat, l’opération ne pourra se faire que par une souscription au comptant, car tout autre moyen de souscription contribuerai à décaler, minorer voir annuler le revenu locatif.

 

En revanche, si le départ à la retraite est anticipé, il peut recouvrir la forme :

 

  • D’une souscription à crédit: Le financement de parts de SCPI permet d’autofinancer, en partie ou en totalité (selon l’apport initial que l’on met dans l’opération) la constitution de son patrimoine grâce aux loyers perçus. A terme, le porteur de parts dispose d’un capital et d’une rente. Les loyers qui ne sont plus consacrés au remboursement du crédit, lui sont versés régulièrement,
  • D’une souscription de parts en nue-propriété: L’acquisition de la seule nue-propriété de parts de SCPI intéressera particulièrement les investisseurs qui recherchent la valorisation de leur patrimoine sans impôt, sont à la recherche d’un revenu complémentaire dans 10 ans (à l’extinction de l’usufruit), n’ont pas besoin de revenus complémentaires dans l’immédiat,
  • D’une souscription au travers d’une assurance vie: L’investisseur fortement fiscalisé pourra préférer d’investir dans la pleine propriété de parts de SCPI au travers d’un contrat d’assurance vie. Cet investissement lui permettra de profiter de tout le potentiel des SCPI sans être pénalisé par la fiscalité et percevoir une rente lorsque ses revenus auront diminué.

Découvrez les différents types de SCPI vous permettant de préparer au mieux votre retraite :

SCPI de rendement
SCPI de capital
OPCI

être rappelé

Un conseiller vous
rappelle

Merci de saisir votre numéro de téléphone

Newsletter

Recevoir la newsletter

Merci de saisir votre adresse mail